Retourner

Le néant, élément indispensable dans la COSMOLOGIE THÉORIQUE - annexe

CONSIDÉRATIONS SUR LE

RÉCHAUFFEMENT DE LA PLANÈTE

L'augmentation de la température qui a eu la planète dans les derniers lustres est un sujet sensible qui incombe à toute l'humanité sans aucune exception, et d'aucune manière elle peut être traité avec indifférence parce qu'il est en jeu la préservation de la vie.

Ce sujet a deux facettes. la première concerne à l'homme et par conséquent la deuxième à des phénomènes naturels est la sa responsabilité, et que l'humanité ne peut pas résoudre.

LA RESPONSABILITÉ HUMAINE

Il y a peu de temps que l'humanité a fait conscience de l'importance qui a le maniement de la ressource naturels, spécialement ceux non renouvelables parce que jusqu'à présent elle s'est rendu compte de duquel ils sont effectivement épuisés.

Durant la présente année, avec raison justifiée on avance la campagne pour diminuer la consommation combustibles fossiles, aérosols et d'autres sources de pollution environnementale, et on espère que les pays apathiques à la réalité qui est affrontée, commencent à développer des gestions qui portent à bon terme cette cause noble.

Avec l'argument de diminuer la pollution il est passé des combustibles fossiles, non renouvelables, à à ceux dérivés de sources renouvelables, (maïs, canne de sucre, etc.). Ce pas améliore la situation parce que diminue l'émission de quelques éléments nuisibles. Mais la principale considération pour l'industrie des combustibles est celle de maintenir sa rentabilité ; et pour les gouvernements, garantir l'emploi permanent de ses ressources humaines, ce qui n'arrive pas dans l'exploitation de de ce qui est précédents. Toutefois, ce changement de combustible ne résout pas le fonds du problème parce que tous, sans importer son origine contaminent, et finalement ce qui est dans un plus grand danger n'est pas l'accroissement de la température de l'atmosphère mais la diminution du pourcentage de j'oxygène dans l'atmosphère et de cette façon l'exposition à l'extinction du royaume animal et de l'homme par son poste.

Un autre point de vue à tenir compte est que les mécanismes naturels pour la décontamination des fluides, (eau et air), se fondent les végétaux. Il est ainsi que ceux-ci absorbent et résistent à la pollution que cause le royaume animal, pourvu qu'il y ait un dosage, par ainsi le dire, entre les deux royaumes, équilibre que l'homme a rompu avec la construction de grandes villes où, les parcs et les arborisations leur on que implante, ils ne sont pas suffisants pour épurer l'émission de gaz et autres déchets qu'ils produisent.

Comme il ne peut pas ne pas être connu que l'espoir économique est la principale cause déterminante patronale et gouvernementale, on requiert d'orienter l'analyse de la campagne de purification de l'atmosphère vers suppléer la rentabilité des combustibles polluants, (tous les sont), par d'autres sources énergétiques qui pallient le problème sans dommages du facteur économique.

Ce sont deux objectifs qui peuvent simultanément être accomplis si on utilise les « sources propres d'énergie » qui par autres sont inépuisables : ce qui est éolienne, l'hydraulique (rivières et mer), solaire et géothermique. But qui n'est pas fiction parce que l'avance scientifique et technologique atteinte est suffisante pour commencer à son utilisation massive, et seulement manque résoudre la difficulté coutumière : le manque de « volonté politique » pour prendre la détermination.

LES PHÉNOMÈNE NATUREL

Dans ce domaine, il s'agit de faire une analyse qu'il peut servir pour la prise de décisions parce que l'homme pour survivre doit connaître et affronter le comportement de la nature, ou quel aille.

Dans le texte intitulé « le néant élément indispensable dans la cosmologie théorique » on est arrivé à la conclusion que les astres sont conformés par un noyau de matière en état de concrétion ou de repos qui le produit la gravité avec laquelle il maintient dans une sa redonner couverture de matière active dans des états : solide, liquide et gazeux. C'est une couverture, que dans l'ensemble comme il l'est dans la Terre, il a sur le noyau une zone ignée de haute température et qu'au fur et à mesure qu'il s'approche à la surface il est refroidi et solidifie pour former finalement l'orographie des continents et les dépressions dans lesquelles se logent les océans.

Dans le dit texte, il est aussi décrit que l'influence gravitationnelle affecte l'astre de la manière suivante : a) Que si elle est haute, le noyau matière libre, ce qui diminue sa taille et portée de sa force de gravité et élargit sa couverture ; b) Que si est faible, le noyau augmente sa portée gravitationnelle parce qu'il croît en récupérant matière de sa couverture laquelle réduite ; et c) qui ce osciller de la taille du noyau détermine les distances entre les astres et produit la gravitation dans les orbites elliptiques que trace le mineur autour du plus grand,

L'ellipse qui décrit l'orbite d'un astre, en termes normaux, a une taille stable, mais il est modifié quand l'ensemble d'astres entrera dans une zone avec une influence gravitationnelle différente, (présence d'autres astres) ; il est réduit quand l'influence sera faible parce que les noyaux reçoivent plus petite tension externe et en conséquence augmentent sa taille et force, et se vaste quand au contraire la tension sera haute parce qu'elles perdent puissance.

Vient ensuite le contre partie, en étant séparé ils reçoivent plus petite influence de l'astre avec lequel ils gravitent ce pourquoi les noyaux augmentent leur taille et la tendent à retourner à leur position, mais si l'astre dominant est affaibli, l'employé reste en formant une orbite d'une plus grande ampleur, ou au contraire mineur, quand il sera fortifié.

Dans la figure il y a cinq tailles d'orbite avec les connotations suivantes :

0 - Cette ellipse représente l'orbite normale de la Terre autour du Soleil dont le parcours est accompli dans 365 jours et 6 heures approximativement.

-1 et +1 - Ils représentent les orbites d'une plus petite et plus grande taille qui peuvent être accomplies en accord avec les modifications externes sans être sorti des termes qui peuvent être appelés normaux pour arriver avec une certaine périodicité.

-2 et  +2 - Orbites dans lesquelles la Terre entrerait dans des situations critiques par trop rapprochement ou éloignement du Soleil.

Rapprochement au Soleil

Dans l'orbite (- 1) il faut considérer qu'au fur et à mesure que la Terre s'approche au Soleil, reçoit davantage d'intense sa force attrayante, ce qui le réduit le noyau et élargit sa couverture, en donnant comme résultat qui la chaleur intérieure non portée à surgir à la surface ; par conséquent diminue la température extérieure de la planète.Toutefois, par des alentours au Soleil on réchauffe l'atmosphère et la surface solide, mais on forme de lourdes couches de nuages qui filtrent la forteresse de la chaleur arrivée du Soleil.

Dans l'orbite (- 2) la faible température au niveau glaciaire dans lequel il a été la Terre à un certain moment de son histoire parce que la grosseur de la couverture solidifiée empêche totalement la sortie de la chaleur qu'elle entoure au noyau, et parce que l'évaporation causée par les alentours du Soleil forme et maintient une lourde couverture de vapeur qui ne permet pas que les rayons solaires touchent la surface de la planète. Si continue en s'approchant commence le processus de désintégration parce que la réduction du noyau le déclare initialement incapable pour retenir les fluides, et finalement pour supporter la couverture solide.

Éloignement du Soleil

Dans le rang (+1) l'influence du Soleil sur le noyau de la Terre est plus petite, ce pourquoi celui-ci récupère matière active de sa couverture en réduisant son épaisseur et par conséquent il diminue sa capacité ailante et permet de surgir la chaleur des couches inférieures. L'effet est contraire à à ce qui est précédents, on réchauffe la planète ; et bien que les rayons du Soleil aient plus petite intensité, la chaleur interne prend la primauté.

Dans le rang (+2) la situation est retournée chaotique parce que commence à être fondue la couverture solide et en conséquence il y a perte de de fluides et solides de de petit du au fait que la chaleur leur fournit vitesse d'échappement. Ceux-ci solides, s'ils ne perdent pas, ils forment des anneaux ou la structure pomarrosa qu'ont quelques planètes et à une certaine époque a été aussi eue par la Terre.

Distances d'équilibre

Sur les distances indiquées comme (- 1, 0 et +1) il est l'équilibre dans lequel nous vivons.

La réduction de l'orbite vers (- 1) est identifiée par la diminution de la température moyenne de la planète et l'avance des gares puisqu'on requiert moins de jours pour couvrir leur longueur ; par contre, dans l'extension vers (+1) monte la température et on ralentit le début des gares. Cas que nous vivons actuellement.

Puisque le Soleil est la source de lumière, chaleur, vie, et jusqu'à on a considéré que l'approche dont la Terre est refroidie est Dieu, quand lui elle s'approchera et réchauffe quand il s'éloignera, il paraît absurde, mais n'est pas ainsi ; il suffit d'observer la figure suivante dans laquelle on démontre que l'époque la plus chaude que l'année est nécessairement quand la Terre sera dans l'aphélie et la plus froide quand elle passera par le périhélie.

Chaque année, et dans les statistiques existantes, peut être vérifiée que l'hiver de l'hémisphère nord, (dans le périhélie), est plus fort que celui du sud (dans l'aphélie) et de manière égale, que l'été de l'hémisphère nord est plus chaud que celui de l'hémisphère sud. Si tel n'est pas le cas, ce qui est glaciaire du pôle Sud aurait disparu par l'intensité des rayons du Soleil qui en ce moment est cinq million de kilomètres les plus proches à la Terre qui quand il sera dans l'aphélie.

CONCLUSION

Il est d'importance vitale pour l'humanité que tous des gouvernements arrivent à un consensus global qui garantit la préservassions de la vie dans la planète.

Pour obtenir ce but il est requis :

D'abord, qui sont fait réduire les pratiques polluantes jusqu'à les déraciner totalement ; et

Deuxièmement, qu'on étudie les facteurs de risque produit de phénomènes naturels incontrôlables par l'homme, pour prendre les prévisions qui sont du cas.

Retourner

En haut

hugosalamancaparra@gmail.com